1815 25 J'aime !

Call me by your name

Publié par Yann GROSYEUX

Le film Call me by your name (ou Appelle-moi par ton nom) nous entraîne avec grâce et poésie, partager le temps d’un été, l’éveil au désir et à la sensualité d’Elio.

Le film présenté en avant-première au festival Sundance en janvier 2017, a été adapté par James Ivory du roman « Plus tard ou Jamais » d’André Aciman et réalisé par Luca Guadagnino. Il remporte le prix du meilleur scénario adapté aux Oscars 2018. Il sort en France le 28 février 2018.

call-me-by-your-name-elio-oliver-paysage-cinema-oreros-online-003
Elio / Oliver - Call me by your name

L’histoire

Elio, 17 ans, profite de l’été dans la maison familiale au nord de l’Italie. Comme chaque année, ses parents accueillent un jeune universitaire. Durant six semaines, Oliver, un jeune professeur américain, brillant et charmant, va partager la vie de la famille Perlman. Malgré son flirt avec sa voisine Marzia, Elio se rend rapidement compte qu’il ressent bien plus que de l’admiration pour « il cauboi ». Les deux hommes finissent par succomber à cette attirance réciproque.

call-me-by-your-name-armie-hammer-timothee-chalamet-cinema-oreros-online-000
Elio / Oliver - Call me by your name

Les personnages

Elio (Timothée Chalamet)

call-me-by-your-name-elio-cinema-oreros-online-006
Elio (Timothée Chalamet) - Call me by your name

Elio est un jeune homme brillant, passionné de musique, et cultivé de manière générale. Tout au long du récit, on perçoit son intelligence, mais aussi une forme de solitude dans son rapport aux autres. Son rapport de séduction / répulsion vis-à-vis d’Oliver, pareil à une pièce en plusieurs actes, fait évoluer ses sentiments à l’âge où ils sont en permanence entremêlés (il est mal poli, il est charmant, je veux l’oublier, je l’aime).

Une fois sa peur passée de confier ses sentiments à Oliver, il gagne une force qui ne le fera plus craindre que le temps des adieux. Elio nous guide durant ces mois d’été, et c’est de son point de vue que l’histoire nous est racontée.

 

call-me-by-your-name-timothee-chalamet-cinema-oreros-online-007
Timothée Chalamet

C’est l’acteur franco-américain Timothée Chalamet qui incarne Elio. Qui l’incarne réellement, parce qu’il est dans sa peau. Timothée Chalamet est Elio : il est à la fois précis et l’expression d’une naïveté adolescente, charmant mais naturel, et excellent musicien (c’est lui qui joue les scènes au piano !). Je vais te dire, j’adore cet acteur : pour l’avoir vu présenter ce film et quelques autres, il est drôle et solaire. Il était nominé pour l’oscar du meilleur acteur cette année ; pas de statuette pour lui, mais le plaisir de le voir en smoking !

C’est le premier rôle principal dans un long métrage pour Timothée Chalamet. Il a depuis tourné dans « Beautiful Boy » de Felix Van Groeningen, « Lady Bird » de Greta Gerwig (avec Saoirse Ronan : Reviens-moi, Les âmes vagabondes), et « A Rainy Day in New York » de Woody Allen.

Oliver (Armie Hammer)

call-me-by-your-name-oliver-armie-hammer-cinema-oreros-online-023
Oliver (Armie Hammer) - Call me by your name

Oliver est un jeune professeur américain de 24 ans. Il débarque dans cette campagne italienne pour 6 semaines et assez involontairement, y sème un trouble profond dans le cœur d’Elio. Joueur de poker, danseur et fêtard la nuit, le professeur retrouve son sérieux en journée pour travailler son manuscrit et aider le père d’Elio. A l’aise avec tout le monde et apprécié de tous, il est toutefois comme Elio sur bien des aspects. Il cache aussi une part de lui, la dissimulant sous des formules abruptes (le Later est tellement caractéristique !). Le père d’Elio dira de lui qu’il est timide et c’est sans doute le cas (e timido).

Ce n’est pas la timidité qui le pousse dans un premier temps à mettre à distance respectable Elio – et ce que lui-même ressent de toute évidence. Oliver pense qu’il va prendre à Elio quelque chose qu’il ne pourra jamais lui redonner si cela tournait mal entre eux, qu’il l’entrainera sur un chemin sur lequel il ne pourra pas progresser, que cette histoire risque de le perturber. En cela, on ressent de l’empathie pour son personnage, et on comprend au fur et à mesure du film que son apparente froideur n’est qu’une manière de protéger celui qui l’a déjà fait succomber.

call-me-by-your-name-armie-hammer-cinema-oreros-online-008
Armie Hammer

C’est Armie Hammer qui joue Oliver avec charme et brio (et un pas de danse ouaouh wink). Tu le connais sans doute pour son interprétation des jumeaux dans The Social Network. Distant, protecteur, charmant et charmeur à l’écran, il incarne lui aussi parfaitement son personnage.  

Ces deux acteurs sont évidemment en grande partie à l’origine de la force du film, car au-delà de leur interprétation, on ressent la complicité – à la fois dans le film et en interviews – qui les lie et leur permet de livrer une telle prestation. Le jeu des acteurs, Armie et Timothée – bien sûr – mais également Michael Stuhlbarg qui joue le père d’Elio, ou Amira Casar, sa mère, est d’une justesse qui impressionne.

Loin d’être dupes de ce qui se déroule d’ailleurs, les parents d’Elio n’encouragent ni ne freinent le rapprochement entre leur fils et Oliver. Ils sont simplement là, compréhensifs et en soutien.

call-me-by-your-name-amira-casar-annella-perlman-oreros-online-013
Elio / Annella - Call me by your name

Mieux, le père d’Elio en fin de film livre un véritable hymne à la tolérance, à la compréhension : il lui confie également combien il est important de ne pas rejeter ou enfuir sa tristesse, au risque de ne plus jamais avoir rien à offrir ni ressentir.

call-me-by-your-name-michael-stuhlbarg-pro-perlman-cinema-oreros-online-012
Elio / Pro. - Call me by your name

Il n’y a pas un personnage qui me laisse mitigé : Marzia, Chiara, Mafalda ou Anchise, tous semblent comme sortis de cette campagne italienne.

call-me-by-your-name-victoire-du-bois-chiara-cinema-oreros-online-017
Elio / Chiara - Call me by your name

La musique

L’accompagnement musical est soigné et incroyablement bien choisi. La bande originale est constituée de trois types de musiques : du classique pour les scènes contemplatives ou lorsqu’Elio est sur son piano, de la pop des années 80 et les titres de SUFJAN STEVENS.

De manière indéniable, la musique concourt à l’ambiance du film en dépaysant le spectateur. Dès le début, le mouvement « Hallelujah Junction » nous plonge dans un rythme à la fois effréné et langoureux. Les titres « J’adore Venise », « Paris Latino » ou « Lady Lady Lady » font souffler un peu de fraicheur sur les nuits de la piazzetta.

Mention spéciale à trois titres ! « Love My Way » de THE PSYCHEDELIC FURS, qui amène une scène adorable où tour à tour Oliver puis Elio dansent au rythme du synthé (victoire Elio !).

 

 

Les titres « Mystery of Love » et « Visions of Gideon » de SUFJAN STEVENS resteront toujours pour moi associés à ce film, l’un parce qu’il consacre le bonheur lorsqu’il est épanouit, l’autre, lorsqu’il s’est enfuit.

 

Adaptation et réalisation

Le scénario est parfaitement adapté par James Ivory, et le film réalisé de mains de maître par Luca Guadagnino, qui en a fait la dernière pièce de se trilogie sur le désir.

Le réalisateur excelle à sublimer le decorum : les couleurs, la lumière, les lieux, la nature, la campagne italienne, le choix de la Villa Albergoni. Le film laisse une impression de beauté, de rassurante chaleur, de rêve éveillé.

call-me-by-your-name-elio-oliver-piazzetta-cinema-oreros-online-007
Elio / Oliver - Piazzetta de B. - Call me by your name
call-me-by-your-name-dejeuner-cinema-oreros-online-016
Apprend à casser tes oeufs cauboi - Call me by your name
call-me-by-your-name-elio-oliver-piano-cinema-oreros-online-004
Voici ce Bach tel que je l'ai transcrit sans Liszt ni Busoni. C'est un très jeune Bach et le morceau est dédié à son frère - Call me by your name

L’adaptation du livre est de mon point de vue réussie, et je n’ai pas – comme j’ai pu le lire – ressenti de longueurs dans le film. J’ai au contraire eu le sentiment que le temps était passé très vite. Aux deux tiers du film, on ressent une accélération semblable à celle ressentie par Elio, conscient de l’imminence désormais du départ d’Oliver.

Le livre présente des différences par rapport au film, mais ils te laisseront tous les deux le goût d’un bonheur sucré (enfin, un peu moins dans le film que dans le livre tongue-out ).

Ce point s’explique tant par un choix d’adaptation pour faciliter la compréhension du spectateur, que pour des raisons de budget. Le film se vit au temps présent, alors que le livre nous entraine sur la fin plusieurs années dans le futur, avec une réunion finale entre les deux protagonistes.

Certains personnages, comme la petite Vimini, ne sont pas abordés dans le film (et ça, c’est dommage par contre, car Elio décrit à propos de la relation entre Oliver et la surdouée, qu’il n’avait jamais vu amitié si belle et si intense).

Il y a une certaine pudeur dans le film qui n’est pas présente dans le livre. Les scènes d’amour notamment sont presque éclipsées, alors que décrites longuement dans le récit. « L’apprentissage de la pêche » est également un peu édulcoré. Ces points ont fait l’objet d’une passe d’armes entre James Ivory et Luca Guadagnino, le premier reprochant au second sa pudibonderie et notamment l’absence de scène de nu frontal.

call-me-by-your-name-armie-hammer-timothee-chalamet-easy-as-a-kiss-cinema-oreros-online-014
Easy as a kiss - Call me by your name

La vérité c’est qu’on s’en fout ! Voir davantage le corps des acteurs aurait peut-être davantage collé à l’esprit du livre, mais peut-être au détriment de la poésie qui s’en dégage. Ils sont complémentaires… Je recommande de voir les deux pour une vue exhaustive wink

call-me-by-your-name-armie-hammer-timothee-chalamet-cinema-oreros-online-011
Coin de paradis - Call me by your name

 

Ces citations que j'ai aimé

«J’avais, comme jamais encore dans ma vie, le sentiment très net d’arriver dans un lieu très cher, de vouloir que cela ne cesse jamais, d’être moi, moi, moi, moi et personne d’autre, juste moi, de trouver dans chaque frisson qui courrait le long de mes bras quelque chose de totalement inconnu et pourtant de tout à fait familier, comme si tout ceci avait fait partie de moi toute ma vie et que je l’eusse égaré et qu’il m’eût aidé à le retrouver»

Elio

 

«Je suis comme toi. Je me souviens de tout...»

Oliver

 

«Une dernière fois, tourne-toi vers moi et, même en plaisantant, ou comme sous l’effet d’une pensée après coup, ce qui aurait tant compté pour moi quand nous étions ensemble, regarde-moi dans les yeux comme tu le faisais alors, soutiens mon regard, et appelle-moi par ton nom»

Elio

 

Mon avis

Durant près de deux heures, le film livre avec poésie et beaucoup de subtilité l’éveil d’Elio, sans jamais gâcher une sensualité qui reste suggérée, et un érotisme qui lui est assumé.

L’histoire est une histoire d’amour… Et c’est pourtant tellement plus que cela : c’est la naissance d’un sentiment nommé désir, son refoulement, son acceptation, son expérimentation et la trace indélébile qu’il laisse au fond de nous.

call-me-by-your-name-armie-hammer-timothee-chalamet-got-only-eyes-for-you-cinema-oreros-online-020
Elio / Oliver - Call me by your name

Si la séduction est personnifiée par les deux acteurs – dont les seuls corps suffisent dans certaines scènes à rendre plus moite encore un été en Italie – tout tourne autour d’Elio, tout est fait pour le positionner en tant que sujet de désir.   

call-me-by-your-name-elio-timothee-chalamet-cinema-oreros-online-021
A moi de jouer... - Call me by your name

Elio, c’est toi, c’est moi. C’est la force de notre premier amour, celui qui balaie tout, qui brûle passionnément, et te brise en morceaux. Ce même amour à qui tu ne pourras jamais en vouloir, parce qu’il t’a rapproché du paradis, comme personne ne le fera plus jamais.

Oliver, c’est toi et c’est moi aussi. Et je n’ai pas besoin de te l’expliquer davantage, car ton cœur est forgé, et tu n’es plus Elio.

 

Scénario
9/10
Casting
10/10
Réalisation
9,5/10
Musique
9/10

5

Excellent !
 4,7
En résumé

Ce film est bouleversant comme peu de films le sont. Il capture tout simplement un moment de beauté visuelle, artistique, émotionnelle, pour te le confier. Lorsque tu vois ce film ou que tu lis ce livre, tu deviens quelque part le dépositaire de ce tendre moment. Lorsque tu t’en rappelles, et même si cela ne dure pas plus que le temps d’un battement de cil, que tu le crois achevé, il ne te laisse pas le goût de cendre, mais la sensation du plus précieux des présents à chérir. Ce film sera générationnel, j’en suis certain. Il rendra également incontournable Timothée Chalamet. Et grâce à lui, un petit coin d’Italie réside désormais dans mon cœur, où durant quelques semaines baignées de soleil, deux êtres se sont désirés et épris.

1815 25 J'aime !

Un commentaire ? Réagissez !