32 4 J'aime !

Kill Bill vol.2

Publié par Valentin THURU

Hey les flashbackers, que diriez-vous de poursuivre notre remontée du temps jusqu'en 2004 cette fois, pour se remémorer le deuxième volet de Kill Bill réalisé par Quentin Tarantino.

uma-thurman-beatrix-kiddo-la-mariee-black-mamba-kill-bill-2-films-cinema-oreros-online-001.jpg
Beatrix Kiddo / La Mariée / Black Mamba (Uma Thurman)

On se résume

black-mamba-vs-bill-kill-bill-2-films-cinema-oreros-online-004.jpg
Bill vs la Mariée

Après s'être débarrassée de ses anciennes collègues Vernita Green et O-Ren Ishii, la Mariée poursuit sa quête vengeresse. Il lui reste à régler le sort de Budd, puis de Elle Driver, avant d'atteindre le but ultime : tuer Bill.

Après nous avoir livré un duel au sommet, la Mariée continue sa marche vengeresse. Au regard du premier volume de Kill Bill, la trame tutoie l'intime aussi bien pour l'héroïne que pour le réalisateur.

En effet, entre deux coups de sabres biens placés, nous allons suivre les origines de notre blonde favorite (Uma Thurman) : naïve, jeune et amoureuse. Le cœur à prendre, un certain Bill, l'envoie se former auprès d'un maître en art martial, Pei-Mei (Gordon Liu - Johnny Mo c'était lui !) qui va lui apprendre toute les subtilités de la Force. Et autant dire que le parcours de Full Métal Jacket n'est rien à côté de ce qu'il l'attend !

 

« …qui se mange froid »

david-carradine-bill-snake-charmer-kill-bill-2-films-cinema-oreros-online-003.jpg
Bill / Snaker Charmer (David Carradine)

Et ceci n'est qu'un moment de bravoure parmi tant d'autre : Tarantino reprend ici le découpage façon puzzle de ses films. Rien de compliqué non, mais son découpage du film montre bien le côté "intime" de ce volet.

Les origines pré - Mariée / tueuse, le suivi des protagonistes et leurs relations avec cette dernière : Elle Driver, la rivale (Daryl Hannah, fatale), Budd (Michael Madsen) - frère de Bill et potentiellement dangereux (Mickaël Madsen) et le Graal lui-même , Bill (David Carradine, hypnotique) que nous apercevrons dès le début de la pellicule afin de nous confronter à une scène des plus dramatiques de la saga.

Intime également car Tarantino, en plus d'éparpiller son film, prend son temps, explore les êtres de chaque protagoniste, et nous fait part de fabuleux dialogues en longueur et en finesse comme si l'action du premier volet était relégué au second plan pour mieux s'imprégner des desseins de l'héroïne.

Le réalisateur rend ici un hommage (comme l'autre volet avant lui) au western spaghetti : duel implacable entre chaque frère (le morceau « A Fistful Of Dollars d’Ennio Morricone » repris « Pour une poignée de dollars » mettra tout le monde d'accord), les lieux (les collines désertiques de l'ouest américain ou encore la villa de Bill), ou encore certains accessoires (chapeau Stetson, revolver Colt).

D'autre part la bande-son reprend le flambeau avec brio :  Malagueña Salerosa – Chingon, About Her - Malcolm McLaren, L'Arena - Ennio Morricone, The Chase.

 

black-mamba-and-bill-kill-bill-2-films-cinema-oreros-online-010.jpg
Bill et la Mariée

 

Scénario
9/10
Casting
10/10
Réalisation
9,5/10
Musique
9/10

5

Culte !
 4,7
En résumé

Lorsque le rideau tombe, on peut être surpris, voir un peu déçu d'être face à un volet moins électrique que le précédent. Mais détrompez-vous, car il en ressort un épisode brillant et une puissance émotionnelle puissante. Deux faces différentes d'une même saga. Une histoire à couper le souffle (au sabre bien entendu). Du grand art. Du grand Tarantino. A voir et revoir donc !

32 4 J'aime !

Un commentaire ? Réagissez !